Canevas historique et théorique

(état des lieux - pistes de réflexions)

Ceci n’est pas un herbier... Ce n’est pas non plus une adaptation algéroise de la bonne vieille bibliothèque de Babel borgésienne. Après tout, Google doit continuer à servir à quelque chose. En revanche, notre équipe a pu invoquer certaines références canoniques, pour développer une pratique informée, et tenter d'adapter au mieux le concept d'ateliers participatifs au contexte algérois. Pour mieux proposer de nouvelles cartographies du territoire et une réorganisation des hiérarchies du pouvoir urbain, il nous paraît indispensable d'ancrer nos réflexions dans les généalogies historiques et théoriques qui font la ville d'Alger. 

... C'est une liste non exhaustive, une série de boussoles qui orientent nos propositions, mais qu'il faut là encore consulter en ayant un but précis.

On préfère en effet approcher les codes de l'urbanisme algérois avec un regard critique, en conjuguant toujours savoir urbain vernaculaire, cadrages historiques et références théoriques, histoire de ne pas virer vers les propositions décontextualisées et autres plans sur la comète. Mêler paroles des usagers, chronologies historiques et théories sur la ville suffirait alors à donner les billes d'une planification urbaine algéroise réinventée ? Pas sûr, mais pour faire écho aux propos de l'architecte Jean-Jacques Deluz, il faut déjà commencer par ça.   

Ainsi je renouai avec ces deux idées-clé, premièrement que l’urbanisme devait être créatif et participatif, autrement dit qu’un urbanisme gestionnaire se substitue à un urbanisme de réglementation et de contrôle ; deuxièmement, que cette démarche n’était possible qu’en disposant de l’instrument, des hommes et des compétences.
 

Le tout et le fragment, Jean-Jacques Deluz, Éd. Barzakh, Alger, 2010. p. 9-26.

 

C’est peut-être l’œuvre d’art la plus informelle, la plus folle, la plus stimulante, la plus
décevante aussi, qui soit, puisqu’elle se fait dans un temps, dans une échelle qui nous échappent, et dans des conflits qui lui sont inhérents. Mais c’est aussi le creuset dans lequel toutes les expériences se rassemblent, – l’affrontement au site, le concept urbain, la matérialisation des espaces, les relations de l’espace à la technologie, le mélange complexe des interférences politiques et historiques, le hasard, l’objectif et le subjectif.


Les voies de l’imagination, Jean-Jacques Deluz, Éd. Bouchène, Saint-Denis, 2003

 

Cela étant dit, voici quelques éléments de ce fil directeur, cadrage théorique et méthodologique constituant un point de départ, pour nous et pour celles et ceux qui travaillent sur ces questions. N'hésitez pas à nous faire part d'autres références pertinentes afin de compléter cette série de boussoles.

DELUZ - ARCHIVES D'ARCHITECTE
ÇELIK et al. - WALLS OF ALGIERS
ANMA & MERHOUM - ALGER EN VIES
SITE OFFICIEL DE L'APC D'ALGER CENTRE
BROWNBOOK MAGAZINE n°44
BOULAHBEL - L'URBAIN NON PLANIFIÉ
CSR - CONFLICT URBANISM
ÇELIK - URBAN FORMS & COLONIAL CONFRONTATIONS
SAFAR ZITOUN - APPROPRIATION DE L'ESPACE
MAAOUI - ROSSIGNOL DU RAÏ
SEMMOUD - MORPHOLOGIES SOCIO-SPATIALES
HENNI -ARCHITECTURE of COUNTERREVOLUTION
GRABAR - RECLAIMING THE CITY
ODDY - NIEMEYER IN ALGERIA
THINK TANGER - PROPOSAL FOR A METROPOLE
BIDET - VACANCES AU "BLED"
BENLAKHLEF & BERGEL - LOGEMENT
DJELLOUL & MEZOUED - SPATIALITY OF THE REVOLUTIONARY PROTESTS

© 2023 by Odam Lviran. Proudly created with Wix.com.

  • facebook-square
  • Flickr Black Square
  • Twitter Square
  • Pinterest Black Square